Strategies Against Architecture

Vincent Ganivet, Kristina Solomoukha

17 mai — 7 juin 2008


In extenso accueille les travaux de Kristina Solomoukha et Vincent Ganivet réunis sous le titre Strategies Against Architecture, bannière empruntée au groupe allemand de musique expérimentale aux accents industriels, Einsturzende Neubauten. Non pas que le son soit un élément que l’on retrouve dans les pièces présentées, c’est plutôt face à un positionnement vis-à-vis de l’architecture urbaine et à ses matériaux de prédilection que des liens peuvent se tisser entre les travaux de Kristina Solomoukha et Vincent Ganivet. La poésie du béton aurait tout aussi bien pu sous titrer cette exposition tant le travail des deux artistes vise à dénicher l’esthétique de la construction moderne. Autoroutes, ponts, aéroports, ports, sont à la base de ce que Kristina Solomoukha appelle les non-lieux, termes que Marc Augé désignait déjà dans son Introduction à une anthropologie de la surmodernité1 comme les endroits de passages, les zones transitoires. Kristina Solomoukha les amène à la poésie par la production d’œuvres questionnant les modes de représentations des territoires urbains, tandis que Vincent Ganivet s’intéresse aux limites de la construction, aux équilibres précaires, ainsi roues, arches, igloo fabriqués de parpaings « sans plan et sans ciment2 » sont des édifices qui menacent de s’écrouler tels des châteaux de cartes malgré le matériau employé, prédilection de la construction contemporaine et garant de la solidité de l’ouvrage.

Marc Geneix


1 Marc Augé, Introduction à une anthropologie de la surmodernité

2 Henri Michaux, Contre ! dans « La Nuit Remue » – Collection Poésie/Gallimard.